A Madagascar, les femmes enceintes avec enfant peuvent être mises en détention préventive d’après Amnesty international

0
70

 

« Le recours à la détention pour des catégories spéciales de délinquants (les femmes enceintes ou les mères de nouveau-nés ou de jeunes enfants, par exemple) devrait être restreint et l’on devrait s’efforcer de ne pas prononcer des peines d’emprisonnement prolongées pour ces catégories ».
Huitième Congrès des Nations unies pour la prévention du crime et le traitement des délinquants

« Je ne sais pas pourquoi je suis ici. C’est mon mari qu’on accuse […] J’ai dit au juge que je ne savais rien sur cette affaire et que je ne devrais pas être impliquée. Mais il n’a rien dit, à part que je serais placée en détention préventive. »

Après son arrestation, son mari a lui aussi été placé en détention, ce qui ne lui laissait pas d’autre choix que de faire venir son enfant en prison. Elle a fait part à Amnesty International de la difficulté de vivre dans de telles conditions en étant enceinte :

 

« J’ai besoin de rentrer chez moi. Le fait d’avoir un bébé et d’en attendre un autre pour bientôt est un gros problème. Je n’ai pas assez d’air [ici], et la nourriture n’est pas comme celle de l’extérieur ».

La MC d’Antsirabe comptait alors 31 autres femmes en détention préventive, dont près d’un quart étaient elles aussi accompagnées d’un bébé ou enceintes. La proportion de femmes en détention préventive avec enfant ou enceintes était similaire dans les autres établissements pénitentiaires visités par Amnesty International.

Les conditions de détention des femmes en attente de jugement bafouent leur droit à la dignité et à la santé établi par le droit international127 et notamment par le protocole de Maputo, ratifié par Madagascar128. Dans les établissements pénitentiaires, les installations médicales sont totalement insuffisantes. Médecins et médicaments sont pratiquement absents des infirmeries. Les femmes, notamment celles qui ont de jeunes enfants ou qui sont enceintes, manquent de soins adaptés et ont du mal à faire face à ces conditions de détention.

La plupart des établissements pénitentiaires ne disposant pas d’ambulance ou de véhicule en état, l’équipe  de recherche d’Amnesty International a entendu beaucoup de témoignages de femmes enceintes obligées de se rendre à l’hôpital à pied ou en « taxi-brousse129 » pour accoucher.

À la maison centrale de Manakara, par exemple, Amnesty International s’est entretenue avec Mimi*, qui allaitait son bébé, âgé de deux semaines. Au moment de l’interview, Mimi avait déjà passé sept mois en détention, poursuivie pour possession illégale d’une arme130. Elle faisait partie des nombreuses femmes enceintes ou avec enfants en détention préventive.

« J’ai dû faire deux kilomètres à pied pour aller accoucher à l’hôpital ».
« Parfois, quand la famille ne peut pas payer, c’est le personnel pénitentiaire qui règle avec son propre argent letaxi-brouss epour conduire quelqu’un à l’hôpital»,
a déclaré à Amnesty International le directeur régional chargé de la supervision de cet établissement.

Le recours injustifié, excessif, prolongé et abusif à la détention préventive pour les femmes, notamment celles qui sont enceintes ou qui vivent avec des enfants en bas âge et qui sont poursuivies pour des infractions mineures et non violentes, contrevient aux obligations du pays en matière de droits humains et met  gravement en péril le bien-être physique et mental de ces femmes.

76 ordres de virement envoyés à EMERGENT NETWORK de 1.047.060 euros en contrepartie de matériels d'une valeur de 1.361.125 USD et 297.032 euros reçus par CONNNECTIC

2016
13/05/2016

RANDRIARIMALALA Herinavalona a attribué 428.492 euros d’intérêts civils à RANARISON Tsilavo, simple associé, sans aucune explication

RANDRIARIMALALA Herinavalona a attribué 428.492 euros d’intérêts civils à RANARISON Tsilavo, simple associé, sans aucune explication

Comment se fait il que la Cour d’appel attribue 428.492 euros alors que RANARISON Tsilavo n’a que 20 % des parts de la société CONNECTIC et le montant du supposé abus des biens sociaux est de 1.061.040 euros ? D’autant plus que RANARISON Tsilavo NEXTHOPE n’a aucun droit sur les dommages intérêts puisque c’est la […]

2015
15/12/2015

RANARISON Tsilavo NEXTHOPE s’est vu attribué 428.491 euros de dommages intérêts par la justice à Madagascar

RANARISON Tsilavo NEXTHOPE s’est vu attribué 428.491 euros de dommages intérêts par la justice à Madagascar

Articles similaires

22/07/2015

Il n’y a pas de délit de faux et/ou d’usage de faux lorsqu’il n’y a pas de préjudice

Articles similaires

21/07/2015

La contrepartie des 76 virements de 1.047.060 euros tous signés par RANARISON Tsilavo est l’envoi chez CONNECTIC de matériels pour 1.361.125 USD et 297.032 euros

La contrepartie des 76 virements de 1.047.060 euros tous signés par RANARISON Tsilavo est l’envoi chez CONNECTIC de matériels pour 1.361.125 USD et 297.032 euros

Articles similaires

20/07/2015

RANARISON Tsilavo NEXTHOPE dépose une plainte avec demande d’arrestation accusant Solo d’avoir bénéficié des virements sans contrepartie de 1.047.060 euros

RANARISON Tsilavo NEXTHOPE dépose une plainte avec demande d’arrestation accusant Solo d’avoir bénéficié des virements sans contrepartie de 1.047.060 euros

Articles similaires

19/07/2015

Les virements de 1.047.060 euros ont une contrepartie de 1.361.125 USD et 297.032 euros donc il n’y a pas d’abus de biens sociaux

Les virements de 1.047.060 euros ont une contrepartie de 1.361.125 USD et 297.032 euros donc il n’y a pas d’abus de biens sociaux

Articles similaires

19/07/2015

La plainte pour abus de biens sociaux de RANARISON Tsilavo NEXTHOPE simple associé est irrecevable

La plainte pour abus de biens sociaux de RANARISON Tsilavo NEXTHOPE simple associé est irrecevable

C’est la société CONNECTIC qui est la victime d’un éventuel abus de biens sociaux et non les associés. L’article 6 du code de procédure pénale malgache ainsi que l’article 181 de la loi 2003-036 qui régit les sociétés commerciales à Madagascar. La victime directe et personnelle du préjudice est la société CONNECTIC. Article 6 – […]

2012
25/04/2012

RANARISON Tsilavo NEXTHOPE reconnaît que Solo, gérant de EMERGENT, a envoyé des matériels pour 1.361.125 USD et 297.032 euros dans un email du 25 avril 2012

RANARISON Tsilavo NEXTHOPE reconnaît que Solo, gérant de EMERGENT, a envoyé des matériels pour 1.361.125 USD et 297.032 euros dans un email du 25 avril 2012

Articles similaires

31/03/2012

De 2009 à 2012, RANARISON Tsilavo NEXTHOPE a signé lui même 76 ordres de virement de la société CONNECTIC pour sa maison mère EMERGENT d’un montant total de 1.027.060 euros

De 2009 à 2012, RANARISON Tsilavo NEXTHOPE a signé lui même 76 ordres de virement de la société CONNECTIC pour sa maison mère EMERGENT d’un montant total de 1.027.060 euros

Articles similaires

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here