ERNAIVO Fanirisoa – En agissant sans tarder, cette justice dérange la gazette de la grande ile du 5 novembre 2018

0
88

Des mots de  trop sur un sujet pour lequel l’âme malgache est très susceptible (le respect du deuil) dans un moment d’énervement. Fanirisoa Ernaivo fait actuellement l’objet d’un tollé général dans les réseaux  sociaux ainsi  que  dans les  rédactions d’une certaine presse qui n’attendaient qu’une occasion pareille, parmi les magistrats et surtout dans les salons. Tandis qu’au sein de la population les avis sont très partagés. A cause des mauvais souvenirs d’Antsakabary, d’Anjojorobe, de Soamahamanina et des séquelles de l’indifférence et l’inertie scandaleuses ministérielles de la justice concernant les décès de ces militaires, gendarmes et policiers tués par des dahalos en service commandé méprisés par quelques juges corrompus…Comme il fallait s’y attendre, le ministère de la Justice qui déjà avait du mal à  supporter l’engagement syndicaliste très radical de ce substitut du Procureur de la République, avait réagi sans attendre. Une décision de Faravohitra et la menace d’une mise en  accusation devant le Conseil Supérieur de la Magistrature n’ont surpris personne, mais avaient ouvert les  yeux au grand public.

Qui aurait cru  qu’on pouvait  punir un juge avec une telle célérité ? Non seulement la mesure prise était d’une rare sévérité (peut-être proportionnelle aux attaques répétées du SMM), mais apparemment ils ont  eu la main lourde au niveau de la chancellerie. Solidarité gouvernementale oblige ?…Comme n’importe quel  autre observateur impartial, Adelson Razafy a remarqué que « Si l’infraction  était pénale, le mieux aurait été de soumettre Fanirisoa Ernaivo à procès réglementaire, et si  elle était professionnelle, le conseil de discipline aurait été mieux indiqué. De cette manière, l’intéressé aurait bénéficié du droit à la défense accordé par la Constitution. Contrairement à  celle-ci, Fanirisoa Ernaivo est poursuivie et sanctionnée dans un cas qui n’est pas  déterminé par la loi. En tout cas tout, ceci sent la vendetta d’une  coalition  au pouvoir désireuses de  voir le scrutin  se tenir le jour dit, et  contre  une rebelle qui essaie de  compromettre ce plan. (…)Il reste aussi qu’avant de sévir, on  aurait dû tenir compte des circonstances qui ont amené la magistrate à proférer ces imprécations. » Avant que pour les besoins de la cause, le « verdict ministériel » prononcé en toute  hâte  par la juge  Noro Volona Harimisa ne tombe, personne en  haut lieu n’avait jugé utile de tenir compte de « l’excuse de la provocation ». Parce  que provocation il y avait ce jour-là, avec l’infiltration des perturbateurs venus débaucher l’assistance avec des intentions malveillantes. Raison avancée  sur la présence des  forces de l’ordre sur les lieux, à titre de prévention  parce  qu’elles auraient été informées au préalable des risques de trouble de l’ordre public que pourraient provoquer des détracteurs du collectif des candidats contestataires. Le cas de la magistrate candidate à l’élection présidentielle n’est pas défendable qu’on  se le dise. Toutefois, le dérapage verbal de Fanirisoa Ernaivo véritable passionaria de la lutte syndicale séduite par le militantisme politique n’était qu’un péché véniel   comparé aux « intentions coupables » des « actes et manœuvres » du 21 avril dernier aggravés par le cercueil destiné à mieux illustrer la détermination de meneurs à propos de l’objectif avoué du slogan « Miala Rajao ! ». Pour des propos insultants très graves proférés en public, dans le cadre de menées insurrectionnelles  visant Hery Rajaonarimampianina encore Chef de l’Etat avec les pleins pouvoirs constitutionnels  à l’époque, l’actuel ministre de la Justice, pourtant Garde des Sceaux de la République n’a même pas levé le petit doigt, alors que le président en personne avait déclaré qu’il s’agissait d’un « coup  d’Etat ». Or, une omission de cette gravité de la part d’un membre du gouvernement est punissable de graves sanctions pénales. Surtout que certains  co-auteurs des  faits constatés lors des émeutes avec tous les éléments constitutifs de l’acte criminel siègent actuellement dans le même gouvernement que celle-ci avec comme Premier ministre Christian Ntsay le premier bénéficiaire d’une astuce  extraconstitutionnelle inspirée (une fois de plus) par Norbert Lala Ratsirahonana puis dictée ensuite par les juges d’Ambohidahy. Pour avoir osé pointer d’un doigt accusateur les méfaits  et les  tares d’un corps prestigieux souffrant de la gangrène d’un déficit de  crédibilité à cause de  quelques brebis galeuses corrompues  qui font souffrir les  justiciables à tous les niveaux, Faniry vivra désormais le calvaire de subir la revanche des souteneurs de la prostitution institutionnelle du système en place. Détail frappant dans la réaction manifestée par les  responsables  de Faravohitra : cette absence d’impartialité dans les  traitements des faits et  dossiers qu’ils veulent  bien prendre en considération. Par exemple, en réservant un traitement très spécial à  cette  syndicaliste considérée  comme une personne particulièrement gênante pour le régime de consensus. Rien pour l’application pure et simple des  textes  régissant le corps de magistrature et de la loi organique  N°2014-043 sur la procédure applicable au président de la République pour « violation grave et répétée de la Constitution, manquement à ses devoirs, manifestement incompatibles avec l’exercice de  son mandat » et aux personnalités visées à l’article 13 de cette loi sur la Haute Cour de Justice truffée de contradictions scélérates, il y a mauvaise foi manifeste. Des magistrats (au pluriel) sur injonctions  de personnalités politiques avaient purement  et  simplement été mêlés à des  opérations avérées d’obstruction à des enquêtes judiciaires  sur cette très grave affaire de kidnapping de Toamasina et aussi sur «la manière d’appliquer le Code Pénal » pour les dossiers de trafics de bois de  rose. Sauf erreur de notre part un  magistrat suspecté  a même été  écroué, puis sans  qu’on  sache pourquoi n’a jamais comparu devant un  tribunal …Il y avait  aussi  ce spectaculaire  évasion d’Houcine Arfa qui avait éclaboussé (à tort ou à raison) des magistrats et même la ministre de l’époque à propos d’une mythique somme de 70.000 euros. Silence dans les  rangs. Serait-ce parce que les personnalités dénoncées dans  cette  affaire sont toujours  en  fonction dans le ministère ou dans des postes assez  élevés ? Que les Claudine et Pety  et un ancien ministre des Finances et du Budget d’autres pauvres  justiciables fassent les frais de ces iniquités flagrantes, tout un  chacun  est  en  droit  de  se  demander pourquoi l’actuelle ministre ne trouve  rien  à reprocher à  un Marc Ravalomanana à plus de « 6 mois à compter de la fin  de son mandat »    ou à Andry Rajoelina? Pour les détournements de  deniers publics, les « dérives totalitaires » et le coup d’Etat de 2002, ainsi que celui de mars 2009  sur lequel le lieutenant-colonel Charles Andrianasoavina et récemment le général Noël Rakotonandrasana persistent dans leurs témoignages accablants. Serait-ce parce  qu’avec les  pouvoirs qu’elle détient, elle serait redevable au parti Mapar par qui cette coalition gouvernementale existe ? Les détenus prévenus cités tous originaires de la province de Fianarantsoa et Alain Ramaroson  toujours en prison sont des preuves  vivantes d’une  forme de  sélection et  de persécution  dans l’application  des poursuites pénales. Faut-il donc toujours  continuer dans  ce  sens ? Pour faire plaisir à  qui ? Sûrement pas à  « Rajao » uniquement… Les mauvaises langues  racontent qu’Andry et Ravalo seraient intouchables parce ce qu’ils sont  candidats ? Est-ce là une raison  suffisante ? Quoiqu’il en soit, pour toutes les requêtes adressées à la Haute Cour de Justice, il y a des détails à ne pas oublier parce que déjà la procédure à suivre semble avoir été intentionnellement truffée de pièges pour rendre difficile la recevabilité du  dossier. Et qu’aussi malgré « le bien  fondé des griefs reprochés au Président » il est bien précisé qu’ « aucun mandat ne peut être délivré à  son  encontre.» Un conseil : bien lire le mode d’emploi pour éviter les mauvaises surprises d’une récusation ou d’un vice de procédure rien que pour une simple signature du plaignant qui  «doit être légalisée ».

A Madagascar, en juin 2013, 3 mois de prison ferme pour avoir traiter de pétasse une Magistrate lors d'une altercation de parking

2018
18/11/2018

ERNAIVO Fanirisoa déboutée par le Conseil d’Etat de sa demande de suspension de la décision de la Ministre de la justice

La requête de la candidate à la présidentielle Fanirisoa Ernaivo suite à la décision du Ministère de la Justice de la suspendre de sa fonction de magistrat a été rejetée par le Conseil d’Etat. Le verdict de cette instance judiciaire est tombé hier après un report du jugement mardi dernier. « Nous étions surpris par cette […]

31/10/2018

La suspension de ERNAIVO Fanirisoa a reçu l’assentiment des quatre chefs de Cour d’après la Ministre de la Justice HARIMISA

D’après la Ministre de la Justice, HARIMISA Noro, les quatre chefs de Cour  ont donné leur accord pour la suspension de ERNAIVO Fanirisoa sont : le Premier président de la Cour d’appel, RABEONY Olivier, le Procureur général de la Cour d’appel, ANDRIAMISEZA Charles, Le Premier président de la Cour suprême, Rajaona Andriamanankiandrianina le Procureur général […]

31/10/2018

ERNAIVO Fanirisoa acculée par la Justice, la police nationale et le CSM d’après les journaux malgaches

Le ministère de la Justice, le Conseil supérieur de la magistrature (CSM) et la police nationale ne sont pas restés insensibles face aux propos virulents de la candidate Fanirisoa ERNAIVO, mardi dernier, à Mahamasina. A travers un communiqué, le ministère déplore les déclarations malveillantes et incitant à la haine de la candidate à l’élection présidentielle […]

30/10/2018

Quel sera le verdict de ses pairs magistrats pour la sortie verbale considérée comme « grave » de ladite Magistrate ?

Extrêmement contrariée par la présence des éléments de forces de l’ordre, mais également par le peu d’enthousiasme de la population à adhérer à la revendication du Collectif des candidats, la candidate N°24 Fanirisoa Ernaivo a fulminé contre les forces de l’ordre. « Il n’est pas étonnant si certains d’entre vous (ndlr : les policiers) sont victimes de […]

2013
04/09/2013

En appel, il n’est plus question que d’insulte. La plainte pour coup et blessure a disparu

L’arrêt en appel n’évoque plus les coups et blessures  sur ladite magistrate mais seulement les insultes envers un membre d’une personne détentrice d’autorité. Ce qui démontre que les marques des coups et blessures ont été inventées de toute pièce. Articles similaires

10/06/2013

Le chauffeur est mis en mandat de dépôt le soir de l’altercation et huit jours plus tard condamné à trois mois de prison ferme

Pour Iharizaka par contre, les choses ne font pas un pli (de robe de magistrat) : le lendemain, il se retrouve en mandat de dépôt et huit jours plus tard, il est condamné à trois mois fermes de prison [1]. Le moins qu’on puisse dire, c’est que le doute n’a pas vraiment bénéficié à l’accusé et certains […]

10/06/2013

Entretemps, la magistrate était allée porter plainte au Parquet, en exhibant semble-t-il des blessures au visage

En fin d’après-midi, des agents de police sont venus chercher Iharizaka à son bureau pour le ramener à la brigade criminelle et le garder à vue. Entretemps, la magistrate était allée porter plainte au Parquet, en exhibant semble-t-il des blessures au visage, un certificat médical et un chemisier déchiré. Selon de nombreux avocats, la plainte […]

10/06/2013

Une voiture mal garée devant l’immeuble Aro à Ampefiloha entraîne une altercation entre deux automobilistes

Ils l’ignorent à cet instant là, mais il se trouve que l’un est ancien ministre des télécommunications et l’autre est magistrate. Articles similaires

10/06/2013

Selon de nombreux témoignages laissent penser qu’aux alentours de 10 heures, la dame ne portait pas de marques de coups au visage

En tout cas, ce sont les archaïsmes qui se réveillent car l’on en vient aux mains. Et là les versions divergent sur qui frappe qui… Toujours est-il que le hasard fait que les deux protagonistes se rencontrent à nouveau au commissariat de police d’Ampefiloha, chacun entendant porter plainte, et que de nombreux témoignages laissent penser […]

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here