Incendie des copies à l’ENMG par l’ancien ministre RASOLO Elise – Le dossier déféré au Pôle anti-corruption – La vérité du 15 mars 2019

D’après les informations le, dossier concernant l’incendie des dossiers du concours au niveau de l’Ecole nationale de la magistrature et des greffes, en mars 2018t a été transmis par le Bureau indépendant anti-corruption (BIANCO) au Pôle anti-corruption hier. Après plus d’un an d’enquêtes, le dossier a en effet été bouclé par les enquêteurs du BIANCO. Déféré au parquet du PAC, le surveillant général de l’établissement a été placé sous contrôle judiciaire à la suite de son audition. La Garde des Sceaux et ministre de la Justice de l’époque ainsi que les responsables au sein de l’ENMG seront convoquées ultérieurement, selon des sources informés. Pour rappel, au début du mois de février 2018, les épreuves de présélection pour les candidats au concours de recrutement d’élèves magistrats et des épreuves d’admissibilité pour les candidats au recrutement d’élèves greffiers avaient été annulées pour des soupçons de corruption. Une enquête avait été ouverte au niveau du BIACO. Des mesures conserva toires telles que la mise sous scellés des lieux et des documents du concours ont été prises par le BIANCO car elles étaient censées servir d’éléments de preuves pour la commission de plusieurs faits de corruption mettant en cause l’a Garde des Sceaux et ministre de la Justice, le Directeur administratif et financier de l’école. Dans la foulée, la ministre de la Justice de l’époque avait limogé le Directeur financier et administratif de l’ENMG. Pourtant, la ministre en question, quelques jours après, a effectué une descente à Tsaralalàna pour ordonner la  levée de scellés posée par le BlANCO. Dans des circonsta1nces floues, les copies du premier concours avaient également été incinérées le jour même. Consécutivement aux événements ayant débouché sur l’incendie des dossiers de concours ENMG de 2018, le BIANCO a été saisi d’une doléance  rapportant  des faits suspectés  d’entrave  au  bon déroulement d’une enquête judiciaire  et de bris de scellés ainsi que de destruction de pièces de procédure.

L.R

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here