le système  judiciaire malgache en  général est malade d’un déficit chronique d’intégrité mondialement reconnu – La gazette de la grande île du 22 novembre 2018

0
38

Tous les observateurs et analystes sensés  sont unanimes pour affirmer comme notre confrère Jean Riana que si ce pays est «à la dérive» c’est parce que les politiciens «ne pensent qu’à leurs propres avantages et non au  bien  du pays.» Dans  d’autres pays, les responsables politiques ne sont  guère des modèles, mais pour ce qui nous concerne quand le système  judiciaire en  général est malade d’un déficit chronique d’intégrité mondialement reconnu, on est tous obligés de  se résigner à en subir les conséquences dans les cours des tribunaux et jusque dans les décisions anticonstitutionnelles qui régissent la vie nationale. Avec  cette récente  élection présidentielle qui  fait  tant râler les citoyens en âge de voter, mais qui sont conscients d’être réduits à supporter les retombées des erreurs d’une commission nationale qui «n’étaient pas  délibérées mais inévitables», mais hautement préjudiciables sur le plan des droits civiques, tout le pays va au devant d’une crise majeure inévitable également. Vue de l’étranger par le journal Le Monde, la situation se présente comme suit : «Les résultats provisoires du premier tour de l’élection présidentielle à Madagascar sont contestés par l’ensemble des candidats, dont certains ont déposé une requête en annulation devant la Haute Cour constitutionnelle (HCC). (…) L’ampleur des critiques  est  telle que le quotidien se pose la question de savoir « Cette crise peut-elle dégénérer dans la rue, comme Madagascar en a fait à plusieurs reprises l’expérience par le passé ? »

L’un comme l’autre, les deux rivaux qui prétendent chacun gagner cette course à la présidence se démènent comme de  beaux diables pour faire pression auprès des juges d’Ambohidahy. Les uns mobilisent des foules spontanément ou en les motivant en  toute discrétion pour faire le siège de la Haute Cour Constitutionnelle. Les habitants sont actuellement complètement divisés par les ambitions de ces prétentieux qui ne rêvent que devenir le locataire omnipotent de ce prestigieux palais présidentiel d’Iavoloha avec  tous les honneurs, les privilèges et les pouvoirs qui  vont avec. On est alors bien obligé de reconnaître que Madagascar est bel  et bien à la merci des « forces plus  rapides, mieux financées et plus douées à communiquer avec le public(…) mais pas nécessairement honnêtes » comme l’avouent des membres d’une institution qui était justement  créée pour épargner le peuple malgache de l’oppression des « grands fabricants et même trafiquants de lois sur mesure pour avoir toujours  raison » vilipendés par notre Jeannot Ramambazafy national. Une fois  de plus, ce pourfendeur de cet « establishment » hégémonique a vu juste avec  son ironie acerbe « Oui, Mesdames et Messieurs, vous êtes bien à Madagascar, la Grande Île de tous les impossibles  rendus possibles par des créatures nommées au  gré des promesses, compromis et compromissions plus ou moins politiques mais  grassement rémunérés.»

Cette fois-ci, la cour d’Ambohidahy sera chargée de faire sortir du chapeau de Jean Eric Rakotoarisoa (pas au hasard, mais conformément au verdict légitime des urnes), le nom d’un président élu au premier tour. Parce que débarrassé de  celui qui l’a fait prince par la force des  choses des  évènements  du mois d’avril  dernier, il n’a plus de compte rendre à qui  que ce soit… La plus haute institution électorale n’aura d’autre choix que de : «dire la vérité ou rien de la vérité ». Dans l’un ou l’autre cas  de  figure, aux yeux  du reste du monde, le constat  avancé par Sahondra Rabenarivo reste valable  quand elle affirme que «le schéma de 2009 est exclu puisque, selon elle, les rangs des forces armées sont trop dispersés politiquement. » Scénario  avalisé  par le général Béni Xavier Rasolofonirina, joint par téléphone par Laure Verneau correspondante du quotidien parisien en  reportage dans la capitale malgache. Le ministre de la défense confirme

« L’histoire a montré que la voie extraconstitutionnelle n’apportait que des sanctions ; ça n’apportera rien au pays. Nous ne voulons plus de chaos. Nous attendons les résultats officiels de la HCC et nous aviserons sur la marche à suivre.» Pour sa part à propos des  évolutions possibles  de la  situation, Andry Rajoelina reste optimiste même s’il ne  cache pas sa méfiance au micro des médias «La seule idée avec laquelle je suis d’accord est que je suis en tête. Mais je ne suis pas d’accord avec les chiffres”, a encore dit Andry Rajoelina, sans avancer les chiffres dont il disposait.» Il a toujours affiché beaucoup d’assurance  quant à  sa chance de sortir vainqueur par  rapport à un Marc Ravalomanana  sérieusement handicapé par un passé pas  du tout flatteur et les mauvais souvenirs des pratiques  financières malsaines et illégales comme cette sulfureuse affaire du « hold-up des 60 milliards de la Banque Centrale de Manakara » lors  de sa présidence extraconstitutionnelle cruelle et dictatoriale en 2002. Pour ce qui  concerne ces  rumeurs de poursuites judiciaires destinés à salir le  candidat le mieux placé pour gagner, c’est plutôt Marc Ravalomanana  qu’on  devrait traîner devant un tribunal pour les multiples délits  économiques, crimes contre l’humanité et de génocide qu’il avait commandité en 2002 pour exterminer les partisans  de l’Amiral Didier Ratsiraka. Même en cas de ballotage peu probable, ce n’est pas les rapprochements  de dernière heure avec tous les recalés du premier tour avec un pareil criminel qui pourraient modifier le rapport de  force au profit de cet homme d’affaires qui n’a jamais  eu bonne  réputation. Même avec le calcul vicieux inavoué et inavouable de ses désistements de dernière heure auprès de la HCC. La  seule grande inconnue sera l’éventualité de l’annulation de cette  élection viciée depuis les préparatifs jusqu’à la publication  des  résultats provisoires.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here