Madagascar : Ecole de la Magistrature: L’Ecole du Rire et des Clowns – La gazette de la grande île du 13 mars 2018

0
100

On croyait avoir tout vu et tout entendu sur les magistrats. La corruption ne règne pas uniquement au niveau des décisions rendues par les Cours et les Tribunaux. Elle sévit également, tout en amont, au niveau de l’Ecole Nationale de la Magistrature et des Greffes (ENMG). Il ne s’agit pas d’un scoop, mais les rumeurs persistantes se sont transformées en une réalité criante. Dans certains cas, il faut faire partie du quota d’une haute personnalité pour réussir le concours d’entrée à l’ENMG. Dans d’autres, il faut faire jouer ses relations en haut lieu. Dans d’autres, il faut payer cher, très cher, sans possibilité d’être remboursé si l’on n’est pas admis à l’ENMG. Celui qui s’endette pour corrompre une personne qui lui permettra d’entrer à l’ENMG, ne pense qu’à s’enrichir une fois qu’il occupe la fonction de magistrat. Le « retour sur investissement » doit être rapide. C’est pourquoi certains juges rendent des décisions iniques. C’est malheureux et c’est surtout dangereux pour l’Etat de droit. Pendant un temps, on a cru à une renaissance de l’ENMG avec la présence des agents du Bianco lors des examens, l’étroite surveillance des correcteurs et l’épreuve orale publique. Pourtant, on a fini par retomber dans les mêmes dérives teintées de corruption. On vient de franchir une nouvelle étape dans l’absurde avec les copies suspectes du dernier concours annulé de l’ENMG qui ont été réduites en cendres, alors qu’elles devaient faire l’objet d’une investigation du Bianco. Cet incendie est vraisemblablement le fait de personnes qui avaient peur que l’on découvre des fraudes grotesques, notamment l’attribution de bonnes notes à de mauvaises copies. Cet incendie criminel n’a fait que ternir davantage l’image de la profession de magistrat qui est en pleine déshérence.  Les magistrats véreux en exercice nuisent à l’image de la profession, de la même manière que la mauvaise réputation de l’ENMG porte atteinte aux élèves-magistrats méritants. Bientôt, le diplôme délivré par l’Ecole de la Magistrature équivaudra à un diplôme de l’Ecole du Rire et des Clowns.Il est peut-être temps que Hery Rajaonarimpampianina, qui préside le Conseil Supérieur de la Magistrature (CSM), se remette en cause.

M. GASPARD

Madagascar Ecole de la Magistrature L’Ecole du Rire et des Clowns – La gazette de la grande île du 13 mars 2018.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here