Madagascar, l’ampleur des vindictes populaires ébranle l’autorité de l’état et montre l’échec de l’institution judiciaire – lexpressmada du 18 septembre 2018

0
57

L’ampleur des vindictes populaires en ferait la deuxième cause d’insécurité. Un fait qui ébranlerait l’autorité de l’Etat et montrerait l’échec de l’institution judiciaire.

Un acte courant, banalisé  et impuni. C’est l’image retenu par le Haut-commissariat aux droits de l’homme s’agissant des vindictes populaires. Dans un rapport présenté, hier, cette entité onusienne  souligne que « la justice populaire a pris tellement d’ampleur qu’elle est devenue le deuxième fait d’insécurité au niveau national, à côté du phénomène dahalo ».

Présentant les résultats d’une étude faite du 1er juillet 2016 au 31 août 2018, le rapport présenté, hier, à l’hôtel Ibis Ankorondrano, fait état de cent-huit cas de vindictes  populaires durant cette période et de et de cent-cinquante-deux mort et soixante-et-un blessés. Dans certaines parties de la Grande île les actes de lynchage seraient liés aux vols de bovidés ou encore, de vanille.

Les localités enclavées où la présence de l’Etat est moins ressentie, seraient des terreaux de la justice populaire. Sous un angle global, le rapport avance comme raison de prévalence du fléau, les crises politiques, notamment, la période transitoire. Elle aurait fragilisé l’environnement institutionnel et économique. L’autorité  de l’Etat  a ainsi été ébranlée et le fonctionnement des institutions et des autres structures étatiques e été déréglé.

Le Haut-commissariat relève, par ailleurs que le manque de recevabilité, la corruption et l’impunité ont accentué davantage la faible performance du système judiciaire et sécuritaire (…). Ces trois paramètres auraient entraîné une perte de l légitimité, de la Justice et des Forces de l’ordre et de la sécurité, au regard des administrés.

Echec institutionnel

Le corporatisme, à l’exemple de la vindicte populaire à Antsakabary, et le communautarisme, qui amène des communautés ou des membres d’une ethnie à brandir la menace d’une émeute sans la libération d’un des embourbé dans une affaire judiciaire, seraient  aussi, des causes de justice populaire. Ce phénomène qui met à mal l’Etat de droit est considéré comme l’  échec de la justice institutionnelle, affirme le rapport.

Le document ajoute même que la banalisation, des vindictes populaires seraient proportionnelle et consécutive aux abus et exactions des acteurs judiciaires, sécuritaires et étatiques. « La justice populaire apparait comme le dernier recours (…) pour la grande majorité de la population, surtout en milieu rural », déplore le Haut-commissariat aux droits de l’homme. A cela s’ajoutent certains dina, des pactes villageois non homologués qui autorisent la mise à mort des malfaiteurs présumés.

Le fait que les vindictes soient des actes de groupe rendrait difficile la sanction, car il serait difficile d’identifier les auteurs. Rares seraient, également, les personnes prêtes à témoigner sur des actes de justice populaire. En marge de la présentation du rapport, hier, Noro Vololona Harimisa, ministre de la Justice, a martelé le caractère illégal et répréhensible des vindictes populaires.

« Qu’importe les raisons, ce sont des actes illégaux. Il ne faut pas se résoudre à l’absence de confiance envers le Justice. La lutte contre les vindictes est l’affaire de tous », plaide la garde des sceaux. Plus que la violation de la loin le rapport d’hier indique, qu’annihiler les vindictes populaires, au même titre que les dahalo et le grand banditisme revient à préserver la paix sociale.

Garry Fabrice Ranaivoson

 

D'après l'article 6 du CPP et l'article 181 de la loi 2003-036, la victime directe d'un abus de biens sociaux est la société et non le simple associé.

2017
27/03/2017

La justice à Madagascar a violé les lois en attribuant 428.492 euros à RANARISON Tsilavo NEXTHOPE, simple associé, suite à une plainte pour abus des biens sociaux

La justice à Madagascar a violé les lois en attribuant 428.492 euros à RANARISON Tsilavo NEXTHOPE, simple associé, suite à une plainte pour abus des biens sociaux

Les magistrats malgaches ont violé l’article 6 du code de procédure pénale malgache et l’article 181 de la loi 2003-036 qui régit les sociétés commerciales à Madagascar en attribuant les intérêts civils à un simple associé, RANARISON Tsilavo NEXTHOPE. Art.6 – L’action civile en réparation du dommage causé par un crime, un délit ou une […]

23/03/2017

D’après l’article 6 du CPP et l’article 181 de la loi 2003-036, RANARISON Tsilavo NEXTHOPE, simple associé, n’est pas la victime directe, sa plainte individuelle est IRRECEVABLE

D’après l’article 6 du CPP et l’article 181 de la loi 2003-036, RANARISON Tsilavo NEXTHOPE, simple associé, n’est pas la victime directe, sa plainte individuelle est IRRECEVABLE

En combinant l’article 6 du code de procédure pénale malgache et l’article 181 de la loi 2003-036 qui régit les sociétés commerciales à Madagascar, on peut affirmer que la plainte à titre individuel de RANARISON Tsilavo NEXTHOPE, simple associé, est irrecevable. La justice malgache a pourtant attribué 428.492 euros d’intérêts civils à RANARISON Tsilavo NEXTHOPE, […]

2003
10/10/2003

Article 181 de la loi 2003-036 sur les sociétés commerciales à Madagascar : L’action individuelle est l’action en réparation du dommage subi par un associé DISTINCT du dommage subi par la société

Article 181 de la loi 2003-036 sur les sociétés commerciales à Madagascar : L’action individuelle est l’action en réparation du dommage subi par un associé DISTINCT du dommage subi par la société

Article 181. L’action individuelle est l’action en réparation du dommage subi par un tiers ou par un associé, lorsque celui-ci subit un dommage DISTINCT du dommage que pourrait subir la société, du fait de la faute commise individuellement ou collectivement par les dirigeants sociaux dans l’exercice de leurs fonctions. Cette action est intentée par celui […]

2000
01/01/2000

Article 6 du code de procédure pénale malgache sur l’action civile en réparation du dommage causé par un délit

Article 6 du code de procédure pénale malgache sur l’action civile en réparation du dommage causé par un délit

Art.6 – L’action civile en réparation du dommage causé par un crime, un délit ou une contravention appartient à tous ceux qui ont personnellement souffert du dommage directement causé par l’infraction Article 6 du code de procédure pénale malgache La victime directe et personnelle d’un abus de biens sociaux est la société et non l’associé. […]

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here