Madagascar – Les magistrats tenus au devoir de réserve d’après la Cour suprême – L’expressmada du 13 novembre 2018

0
48

 

Obligation de neutralité, d’impartialité, devoir de réserve sont rappelés dans une circulaire de la Cour suprême. Un acte adressé à tous les magistrats en cette période électorale.

 

Dans le désert. L’acte est passé inaperçu et ne semble pas avoir influé sur les agissements de certains membres de la magistrature en cette période de électorale.

« Face à certaines dérives constatées ces derniers temps, les chefs de Cour de la Cour suprême estiment devoir rappeler à l’ensemble des magistrats les devoirs et obligations attachés à l’État de magistrat », souligne une circulaire datée du 14 octobre, publiée sur le site web de la Cour suprême.

D’entrée, la circulaire signée par le président et le procureur général de la Cour suprême affirme qu’elle a pour objet un rappel sur le comportement déontologique du magistrat en cette période électorale. L’acte rappelle l’obligation de neutralité politique du magistrat en exercice. Il reprend, notamment, une partie de l’alinéa 1er de l’article 111 de la Constitution qui dispose que l’exercice des fonctions de magistrat est incompatible avec toute activité au sein d’un parti politique.

Des magistrats en exercice affichent, pourtant, de manière ostentatoire, sur les réseaux sociaux surtout, leur obédience politique et n’hésitent pas à publier leur participation à des réunions politiques. Martelant l’obligation de neutralité et d’impartialité, la circulaire avance l’article 3 du statut de la magistrature qui veut, entre autres, qu’est interdite aux magistrats, toute démonstration de nature politique incompatible avec les obligations de réserve que leur imposent leurs fonctions.

Des membres de la magistrature se défendent de contrevenir à leurs obligations en mettant en avant la liberté d’expression et la liberté d’opinion, notamment, d’opinion politique en tant que citoyen. D’autres se défendent en indiquant qu’ils sont en détachement.

 

En tout temps

Seulement, la circulaire affirme, cependant, qu’elle s’adresse autant aux magistrats de siège et du parquet qu’à ceux qui sont détachés ou mis à disposition.

Ces obligations requièrent aux magistrats en tout temps, de veiller, par leur comportement à préserver l’image d’impartialité de la Justice, rattachée à leur état de magistrat, indispensable à la confiance du public dans l’institution judiciaire, et au respect que leur fonction doit inspirer au justiciable, soutient la Cour suprême. Sur les libertés citoyennes, la Cour suprême oppose l’article 16 du code de déontologie des magistrats.

« En tant que citoyen, le magistrat dispose de la liberté d’expression, d’association et de réunion, mais doit toujours veiller à préserver la dignité de la fonction juridictionnelle ainsi que l’impartialité et l’indépendance de la Justice. Il est tenu au respect de l’obligation de réserve que lui imposent ses fonctions », prescrit cette disposition. La circulaire ajoute que le magistrat est un fonctionnaire civil de l’État et est donc soumis à l’interdiction de participer à une campagne électorale ou de faire voter pour un candidat.

 

La Cour suprême recadre, également, les commentaires des textes par les magistrats et souligne l’interdiction de discuter des décisions de justice. Étant chargé de faire appliquer la loi, s’il peut expliquer sa teneur, le magistrat ne peut pas préalablement, émettre un jugement de valeur sur les textes dont-il a la charge d’en faire l’application.

La circulaire rappelle, par ailleurs, que le magistrat ne doit pas dénigrer une décision judiciaire rendue par ses pairs, y compris ceux des juridictions constitutionnelles. La même prescription s’impose concernant une décision de justice à prendre, souligne-t-elle.

« Tout commentaire préalable à une décision judiciaire future équivaut à faire pression, dans un sens ou dans un autre, en vue d’orienter la décision qui sera prise », soutient la circulaire.

La Cour suprême déplore qu’il n’est pas rare qu’à l’endroit de dossiers sensibles, (…) certains magistrats, non seulement se prononcent ostensiblement pour un sens de la décision à prendre, mais, en outre, (…) ils affirment qu’aucune autre orientation de la décision ne saurant être rendu». Elle ajoute que de tels propos constituent une pression sur les pairs que le code pénal punit.

Garry Fabrice Ranaivoson

A Madagascar, en juin 2013, 3 mois de prison ferme pour avoir traiter de pétasse une Magistrate lors d'une altercation de parking

2018
18/11/2018

ERNAIVO Fanirisoa déboutée par le Conseil d’Etat de sa demande de suspension de la décision de la Ministre de la justice

La requête de la candidate à la présidentielle Fanirisoa Ernaivo suite à la décision du Ministère de la Justice de la suspendre de sa fonction de magistrat a été rejetée par le Conseil d’Etat. Le verdict de cette instance judiciaire est tombé hier après un report du jugement mardi dernier. « Nous étions surpris par cette […]

31/10/2018

La suspension de ERNAIVO Fanirisoa a reçu l’assentiment des quatre chefs de Cour d’après la Ministre de la Justice HARIMISA

D’après la Ministre de la Justice, HARIMISA Noro, les quatre chefs de Cour  ont donné leur accord pour la suspension de ERNAIVO Fanirisoa sont : le Premier président de la Cour d’appel, RABEONY Olivier, le Procureur général de la Cour d’appel, ANDRIAMISEZA Charles, Le Premier président de la Cour suprême, Rajaona Andriamanankiandrianina le Procureur général […]

31/10/2018

ERNAIVO Fanirisoa acculée par la Justice, la police nationale et le CSM d’après les journaux malgaches

Le ministère de la Justice, le Conseil supérieur de la magistrature (CSM) et la police nationale ne sont pas restés insensibles face aux propos virulents de la candidate Fanirisoa ERNAIVO, mardi dernier, à Mahamasina. A travers un communiqué, le ministère déplore les déclarations malveillantes et incitant à la haine de la candidate à l’élection présidentielle […]

30/10/2018

Quel sera le verdict de ses pairs magistrats pour la sortie verbale considérée comme « grave » de ladite Magistrate ?

Extrêmement contrariée par la présence des éléments de forces de l’ordre, mais également par le peu d’enthousiasme de la population à adhérer à la revendication du Collectif des candidats, la candidate N°24 Fanirisoa Ernaivo a fulminé contre les forces de l’ordre. « Il n’est pas étonnant si certains d’entre vous (ndlr : les policiers) sont victimes de […]

2013
04/09/2013

En appel, il n’est plus question que d’insulte. La plainte pour coup et blessure a disparu

L’arrêt en appel n’évoque plus les coups et blessures  sur ladite magistrate mais seulement les insultes envers un membre d’une personne détentrice d’autorité. Ce qui démontre que les marques des coups et blessures ont été inventées de toute pièce. Articles similaires

10/06/2013

Le chauffeur est mis en mandat de dépôt le soir de l’altercation et huit jours plus tard condamné à trois mois de prison ferme

Pour Iharizaka par contre, les choses ne font pas un pli (de robe de magistrat) : le lendemain, il se retrouve en mandat de dépôt et huit jours plus tard, il est condamné à trois mois fermes de prison [1]. Le moins qu’on puisse dire, c’est que le doute n’a pas vraiment bénéficié à l’accusé et certains […]

10/06/2013

Entretemps, la magistrate était allée porter plainte au Parquet, en exhibant semble-t-il des blessures au visage

En fin d’après-midi, des agents de police sont venus chercher Iharizaka à son bureau pour le ramener à la brigade criminelle et le garder à vue. Entretemps, la magistrate était allée porter plainte au Parquet, en exhibant semble-t-il des blessures au visage, un certificat médical et un chemisier déchiré. Selon de nombreux avocats, la plainte […]

10/06/2013

Une voiture mal garée devant l’immeuble Aro à Ampefiloha entraîne une altercation entre deux automobilistes

Ils l’ignorent à cet instant là, mais il se trouve que l’un est ancien ministre des télécommunications et l’autre est magistrate. Articles similaires

10/06/2013

Selon de nombreux témoignages laissent penser qu’aux alentours de 10 heures, la dame ne portait pas de marques de coups au visage

En tout cas, ce sont les archaïsmes qui se réveillent car l’on en vient aux mains. Et là les versions divergent sur qui frappe qui… Toujours est-il que le hasard fait que les deux protagonistes se rencontrent à nouveau au commissariat de police d’Ampefiloha, chacun entendant porter plainte, et que de nombreux témoignages laissent penser […]

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here