Madagascar – Scandales en série – Il y a à redire sur la justice – Les nouvelles du 23 mars 2018

0
34

Catastrophique. Voilà comment on pourrait résumer le bilan de fin de mandat du président. Autant il est vrai que la plupart des malgaches ne lui concèdent pas une seule réalisation satisfaisante durant son quinquennat.

N’en déplaise à certains, la banalisation des actes de banditisme et du kidnapping, la spoliation des ressources naturelles et la multiplication de la corruption, sans parler de la démocratisation de la pauvreté, ainsi que la hausse incessante des prix ont le plus marqué les malgaches depuis 2013. Le parcours politique du président est caractérisé par des polémiques et des scandales.

Ironie de l’histoire, tout a commencé le jour même de son investiture, à la suite du fameux discours plagié. Du fil en aiguille, des faits grotesques qui frisent l’absurde se sont produits. Les scandales ont en effet éclaboussé plusieurs ministères, voire l’entourage du président. Il y a quelques mois, le scandale financier issu des résultats de marché de 2016 a secoué le ministère des Finances et du budget.

La liste est loin d’être close. Il y a à redire sur la Justice. Dans le sillage du scandale Houcine Arfa (Arfagate), c’est tout le régime qui est ébranlé. Le bris des scellés et la destruction des copies à l’Ecole nationale de la magistrature et des greffes qui s’apparentent à une destruction de preuves sont tout simplement aberrants. Impliquée dans une affaire de détournement de fonds, la femme d’affaires et non moins conseillère du président, Claudine Razaimamonjy, a fait tomber plusieurs têtes. Pas plus tard que cette semaine, un ancien ministre a été jeté en prison dans le cadre de cette affaire dite “Clogate”.

De ces faits, le cote de popularité du président s’est effritée d’année en année. A quelques mois de la fin de son mandat, la série d’inaugurations ici et là va pouvoir lui donner du tonus ou redorer son blason ?

Rakoto

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here